Vladimir Nabokov fat partie de ces figures majeures de la littérature dont tu n'as jamais rien lu, et que tu tardes à lire. Enfin, en ce qui concerne Nabokov, tu l'as maintenant lu, puisque tu as achevé Feu pâle, roman atypique (est-ce seulement un roman ?) qui comprend une préface fictive, un poème et des commentaires sur ce dernier. Le texte t'a un peu décontenancé dans un premier temps, pour ne pas dire qu'il t'a laissé dubitatif. Puis, l'« intrigue » se déroulant peu à peu, tu as pris grand plaisir à découvrir ce récit finalement passionnant construit avec une minutie rare.

Dans le même genre, c'est-à-dire patrimonial, Le Bruit et la fureur, de William Faulkner, a également rejoint ta bibliothèque ce mois dernier. Il est évident que l'auteur américain de Tandis que j'agonise (lu il y a des années) fait partie des plus grands auteurs. On ne peut qu'admirer la précision de son récit, l'originalité du parti-pris narratif et être impressionné par le vertige intellectuel qu'elles nous procurent. Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, tu te montrerais toutefois moins enthousiaste et tu dois avouer avoir été assez peu passionné par les tourments de la famille Compson. Mais bon, Faulkner, tu liras tout !

Par contre, tu n'es pas sûr de donner une chance future à un autre auteur. Il s'agit de Cormac Mc Carthy. Même si tu ne dirais pas qu'il s'agit d'un mauvais roman, bien au contraire, tu n'as pas été totalement emballé par De si jolis chevaux. Tu as trouvé que le récit manquait de rythme, même si certaines lenteurs servent à la tension émotionnelle, et l'intrigue un peu trop tortueuse. Le tout est toutefois très bien écrit. De ce même auteur américain, tu avais déjà lu La Route, que tu n'avais, à l'époque, pas aimé. À te demander si tu n'as pas un manque d'affinité avec McCarthy. Donc, tu hésiteras sans doute une prochaine fois avant de lire un autre de ses romans. Il y a tant de livres à lire... 

Mais ce mois-ci, tu n'as pas lu que des « vieux » livres. Tu as aussi dévoré Règne animal de Jean-Baptiste Del Amo, paru en 2016 chez Gallimard. Ce récit en deux parties, se déroulant l'une au début du XXème siècle, l'autre à la fin, décrit la création et la chute d'une exploitation agricole. La ferme est détenue et gérée par une famille, peut-être pas de dégénérés, mais clairement dysfonctionnelle. Au travers des portraits de ses membres, Del Amo signe un récit touchant, passionnant, imprégné de cette terre gasconne que foulent les personnages. Tu ne serais pas étonné que cette lecture, une des premières de 2017, en reste jusqu'à la fin, une de tes meilleures de l'année. Merci à qui de droit pour le conseil de lecture.

Autre livre récent, d'un auteur que tu suis de près, Accidents, d'Olivier Bordaçarre, t'a également beaucoup plu. L'auteur, après La France tranquille et Dernier désir, continue de défricher le genre du polar ou du thriller. Il signe ici un texte difficile à classer mais qui fait frémir et tient en haleine. Ses personnages sont des individus lambda, ce qui est typique chez Bordaçarre et les rend attachants et authentiques. Les Calmant-Vélasquez forment une famille un peu bobo qui se retrouve confrontée à une jeune femme hystérique au passé trouble. Si rien ne paraît inédit dans ce pitch, Bordaçarre n'en arrive pas moins à dépoussiérer le sujet en usant du registre familier de son écriture qui sait aussi, par moment, se montrer grandiose.

Enfin, tu as fait connaissance de Benoît-Marie Lecoin, auteur de Ringo, aux éditions du Murmure. Son roman met en scène un jeune fils de pute (au sens littéral) élevé comme un chien (au sens littéral) par sa prostituée de mère alcoolique et qui s'enfuit, découvrant le monde et ses étrangetés. Mais surtout, Ringo (c'est son prénom), est animé par de violentes pulsions meurtrières qui vont compliquer, voire empêcher, son intégration dans la société américaine des années 70. Le style sec et le rythme rapide employés par Lecoin font bien fonctionner le récit, violent et outrageux, mâtiné de critique sociale.

Feu pâle (Pale Fire), Vladimir Nabokov (1962), traduit de l'anglais par Raymond Girard et Maurice-Edgar Coindreau, Gallimard, Folio, août 2016, 344 pages, 8,70€
 
Le Bruit et la fureur (The Sound And The Fury), William Faulkner (1929), Traduit de l'anglais par Maurice-Edgar Coindreau, Gallimard, Folio, 1972, 384 pages, 8,70€
 
De si jolis chevaux (All the Pretty Horses), Cormac McCarthy (1992), Traduit de l'anglais par François Hirsch et Patricia Schaeffer, Points, mars 1998, 340 pages, 7,50€
 
Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo (2016), Gallimard, juin 2016, 432 pages, 21€
 
Accidents, Olivier Bordaçarre (2016), Phébus, octobre 2016, 224 pages, 18€
 
Ringo, Benoît-Marie Lecoin (2016), Le Murmure, novembre 2016, 250 pages, 19€