Afin de ne pas rebuter le (rare) lecteur potentiel de cette revue de lectures, tu vas commencer par délivrer trois avis positif, puisque le reste de tes lectures de la période, mis à part celles qui ont fait, ou feront, l'objet de critiques plus poussées (L'Oiseau du bon dieu de James McBride, Le Jour d'avant de Sorj ChalandonCompléter les blancs de Keiichirô Hirano, Toxoplasma de David Calvo), ne t'ont pas transcendé, quand elles ne t'ont pas carrément déplu.
Mais le deuxième volume de l'intégrale du Rêve du démiurge, de Francis Berthelot, a tenu ses promesses. Il s'agit ici d'une lecture qui t'a tenu sur tout 2017 et qui s'est achevée en cette fin d'année. Tu dois avouer que les deux premiers romans de cet omnibus, Le Jeu du cormoran et Nuit de colère, ne t'ont pas enthousiasmé autant que les trois précédents récits du cycle (récits un peu semblables entre eux, personnages caricaturalement torturés). Toutefois, Hadès Palace, que tu avais déjà lu il y a quelques années, achève magistralement le volume. De quoi te conforter dans ton envie d'acquérir le troisième et dernier ouvrage de l'intégrale, sorti récemment aux mêmes éditions Dystopia.

Murambi, le livre des ossements, de Boubacar Boris Diop, t'a également passionné. Comment ne le pourrait-il pas ? Le livre raconte le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda, en 1994, au travers de plusieurs personnages, d'un camp ou de l'autre, et qui ont vécu l'avant, le pendant, et/ou l'après de ce massacre. Poignant, horrifiant, le récit dévoile les atrocités commises, pourquoi, comment, tente d'expliquer sans rien excuser. À lire absolument.

Autrice qui t'était également inconnue, sauf de réputation, Annie Proulx est une très belle découverte de cette fin d'année. Son recueil Les Pieds dans la boue propose une série de nouvelles se déroulant dans le Wyoming cher à l'écrivaine américaine. On y fait connaissance avec de véritables cowboys, ranchers et d'autres personnages plus atypiques. Proulx dispose d'un véritable talent pour dresser des portraits marquants, attachants ou dégoûtants, mais impressionnants. Il est clair que si ce recueil de textes était le premier que tu lisais de cette autrice, il ne sera pas le dernier. Sans compter ses romans, qui ont également très bonne réputation.

Vincent Message, lui, ne devait pas te décevoir. Son roman Défaite des maîtres et possesseurs ayant été un des meilleurs de l'année 2016, tu avais grand espoir que son précédent ouvrage, Les Veilleurs, soit également de qualité. Il l'est peut-être, mais tu ne peux pas l'affirmer et n'en a pas eu l'impression : tu en as arrêté la lecture à la moitié et ne peut donc juger que sur cette première partie. Et si elle n'était pas mauvaise, elle s'est avérée longue, introduisant des personnages peu attachants. Elle instillait un mystère que tu aurais certes souhaité voir se résoudre, mais pas au bout de plus de 700 pages de lectures d'un récit alternant entre monde réel (dans un pays imaginaire semblable au nôtre, mais parallèle) et univers onirique barbant (du genre fantasy ; l'auteur étalant dans ces passages ses théories économiques et politiques qui n'ont rien de sensationnelles). Bof.

Charles Bukowski peut-il décevoir ? Tu entends, un lecteur comme toi qui aime plutôt bien ce qu'il fait. Avec Nouveaux contes de la folie ordinaire la réponse est oui. Un oui mitigé tout de même. Si nombre des textes ont le ton acerbe, l'ambiance morose et les sujets horribles qui font la force de l'auteur américain, certains autres sont d'un ennui presque mortel et la causticité du poète alcoolique n'y change rien. En particulier les textes sur les courses de chevaux. Bref, ce recueil-ci n'est pas le meilleur qui ait été publié. On peut s'en passer pour se concentrer sur d'autres plus marquants : Journal d'un vieux dégueulasse, Au sud de nulle part, Contes de la folie ordinaire...

Le Rêve du démiurge, Intégrale 2/3, Francis Berthelot (2017), Dystopia, mars 2017, 556 pages, 25€
 
Murambi, le livre des ossements, Boubacar Boris Diop (2011), Zulma, ZA, janvier 2014, 224 pages, 8,95€
 
Les Pieds dans la boue (Close Range), Annie Proulx (1999), traduit de l'anglais par Anne Damour, Le Livre de Poche, juin 2009, 340 pages, 6€
 
Les Veilleurs, Vincent Message (2009), Points, septembre 2010, 768 pages, 8,95€
 
Nouveaux contes de la folie ordinaire (Erections, Ejaculations, Exhibitions And General Tales of Ordinary Madness), Charles Bukowsi (1967-1972), traduit de l'anglais par Léon Mercadet, Le Livre de Poche, février 1985, 320 pages, 6,60€